Benoît Buron N° Adeli : 370001588

Ostéopathe

Consultations sur rendez-vous

Contact
contact

Contact

24 rue Voltaire, 37000 Tours

06.77.86.20.67

benoitburon.osteo@gmail.com

social-media

 

 

pour-qui

L’ostéopathie pour qui ?

Cliquez sur une image pour plus d'informations.

Ostéopathe Tours

La grossesse

Ostéopathe Tours

Le nourrisson

Le sportif

Le senior

consultation

La consultation

Une consultation ostéopathique dure environ 45 minutes et se compose de trois étapes :

1 Interrogatoire

L’ostéopathe a besoin de comprendre le motif de consultation et l’histoire de son patient pour trouver la cause de ses symptômes et y remédier de façon spécifique. Outre la plainte de son patient, l’ostéopathe évoque donc aussi les habitus, les antécédents ainsi que les signes fonctionnels.

Ostéopathe Tours

Ostéopathe Tours

 

2  Examen clinique

L’ostéopathe effectue ensuite un examen palpatoire au cours duquel il va s’assurer du caractère fonctionnel de la douleur.

En cas de doute sur une éventuelle atteinte organique, il réoriente son patient vers son médecin traitant ou vers un professionnel de santé pour un avis, une prise en charge pluridisciplinaire ou des examens complémentaires.

 

3  Traitement

Une fois le diagnostic ostéopathique posé, l’ostéopathe va traiter les structures déséquilibrées et responsables de la symptomatologie du patient.

Il est fréquent que ces structures soient éloignées de la zone douloureuse. Les techniques employées sont variées (musculo-squelettiques, myo-fasciales, viscérales ou craniennes) et elles sont toujours adaptées au patient, à son âge, à son morphotype et à l’intensité de sa douleur.

Le traitement n’est pas douloureux, il vise à obtenir une parfaite mobilité et un équilibre du corps dans sa globalité.

Il faut parfois 24 voire 48 heures pour que le corps intègre les corrections et ajuste lui-même les nouveaux paramètres de mobilité; il n’est donc pas rare de ressentir quelques douleurs résiduelles pendant cette transition.

honoraires

Honoraires

Consultation : 50 €

Moyens de paiements : Espèces, Chèque, Carte bleue / Carte santé

Bien que l’ostéopathie soit reconnue comme une profession de soins par le ministère de la santé, dont les praticiens doivent être enregistrés à l’ARS et doivent disposer d’un numéro Adéli, elle n’est malheureusement pas remboursée par la sécurité sociale. Cependant, certaines mutuelles participent au remboursement des frais d’ostéopathie.

Voici la liste de ces mutuelles : Mutuelles 

Voici également un outil qui vous permettra de trouver votre mutuelle et de connaitre ses modalités de prise en charge :    Mutuelles 

rendez-vous

Prendre un rendez-vous

Vous pouvez prendre rendez-vous directement par internet.


texte

Parce-que l’ostéopathie devrait vous intéresser plus que vous ne le pensez …

articles

Articles

Le syndrome du muscle piriforme

Le syndrome du muscle piriforme est une compression du nerf sciatique par le muscle piriforme (pyramidal). Il se manifeste par une douleur de la région fessière, un engourdissement, des paresthésies et un déficit dans le territoire du nerf sciatique.

 

Quelles sont les causes ? 

Habituellement, les symptômes sont déclenchés par un traumatisme direct dans la région fessière. Parfois, le syndrome est la conséquence de mouvements répétitifs de la hanche et du membre inférieur, ou d’une pression répétée exercée sur le muscle piriforme et le nerf sciatique sous-jacent.

 

 

Quels sont les signes et les symptômes du syndrome du muscle piriforme ?

• Les symptômes initiaux comprennent une douleur intense dans les fesses, pouvant irradier vers le membre inférieur et le pied. La douleur s’aggrave souvent la nuit, et elle s’accroît avec l’adduction et la rotation interne de la hanche.
• Engourdissement et paresthésies dans la région fessière irradiant dans le territoire du nerf sciatique.
• Le patient peut développer une démarche anormale, ce qui entraîne une douleur du dos et de la hanche concomitante, pouvant compliquer la situation.
• Soulever un poids ou se courber au niveau de la taille et des hanches augmente la douleur chez la plupart des patients.
• Une faiblesse des muscles fessiers et des membres inférieurs et, finalement, une atrophie musculaire sont observés dans les cas de stade avancé et non traités de ce syndrome.

 

 

Quels examens pour confirmer le diagnostic ?

L’examen clinique du médecin est d’une importance capitale, mais des examens complémentaires sont souvent nécessaires.

• L’électromyogramme (EMG) : permet d’établir la distinction entre une atteinte d’une racine nerveuse lombaire et un syndrome du muscle piriforme.

• Des radiographies : du dos, de la hanche et du pelvis sont nécessaires pour tous les patients porteurs de ce syndrome, afin d’exclure toute pathologie osseuse occulte.

• En fonction du cas, des bilans sanguins peuvent être requis, comprenant numération formule sanguine complète, un taux d’acide urique et une mesure de la vitesse de sédimentation (VS).

• Une imagerie par résonance magnétique (IRM) : du dos est nécessaire si l’on suspecte une hernie discale, un canal lombaire étroit, ou des lésions extensives de l’espace impliqué. Une IRM de la hanche peut aussi permettre de mettre en évidence la cause de la compression du nerf sciatique.

Le syndrome du muscle piriforme est souvent diagnostiqué à tort comme une sciatique ou une pathologie de la hanche ; les radiographies de la hanche ainsi que l’électromyographie permettent d’établir la distinction.

Comment se soigne le syndrome du muscle piriforme ?

• Le traitement initial de la douleur et de l’incapacité fonctionnelle repose sur une combinaison d’anti-inflammatoires non stéroïdiens et de kinésithérapie ou d’ostéopathie.

• Éviter les activités répétitives qui pourraient être responsables d’un syndrome du piriforme aidera à améliorer les symptômes. Si le patient dort sur le côté, il peut être utile qu’il place un coussin entre ses jambes.

• En l’absence de réponse au traitement médical, une infiltration d’anesthésique local et de corticoïde dans le canal infrapiriforme est à envisager.

• Une décompression chirurgicale du nerf sciatique comprimé par libération du muscle piriforme sera indiquée dans les cas de gravité moyenne ou sévère du syndrome du piriforme en cas d’échec du traitement médical.

 

http://sante.orthodz.com/2016/09/11/syndrome-du-muscle-piriforme-causes-symptomes-et-traitement/

 

 

Lombalgies et Paracétamol

Aujourd’hui, les douleurs aux vertèbres lombaires – aussi appelées lombalgies – sont les premières causes d’invalidité dans le monde. Afin de soulager cette douleur aiguë, le médicament « universellement » recommandé selon The Lancet est le paracétamol, avant tout autre traitement.

Seulement, l’étude « PACE » menée par la National Health and Medical Research Councild’Australie et le laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline, vient apporter du nouveau sur ce sujet qui est resté depuis longtemps sans preuve et sans débat.

Read more